top of page
Rechercher

Faut que je sois entièrement honnête....



C'est le printemps, le soleil revient, les fleurs aussi. Il fait de plus en plus chaud et on a envie de laisser l'hiver derrière nous et de passer à la chaleur. C'est aussi le moment des fameuses cures de printemps.


Bon, je vais être honnête : les cures de printemps ça me soule... J'ai essayé (même parfois pas au printemps) et c'est pas mon truc du tout. En fait, ce n'est pas fait pour moi.

D'ailleurs mon dernier post parlait justement de la cure en hiver, comme quoi : chaque saison a sa cure !


Reprenons quand même la théorie de ce concept saisonnier :

Pendant l'hiver, il est normal d'avoir envie de manger plus gras, plus riche. Ca nous aide à supporter les températures plus basses, garder de l'énergie. c'est un mécanisme instinctif du corps.

Si on rajoute des soirées raclettes régulières, du stress, un ralentissement des activités physiques parce qu'il fait froid et qu'avec le manque de lumière c'est dur de se motiver à sortir, on peut se sentir fatigué.e, plus lourd.e, parfois avec le moral en berne quand le printemps arrive.

C'est là que peut intervenir la cure de printemps. Elle permet de se débarrasser des toxines accumulées, de relancer le système digestif et plus globalement tout le bon fonctionnement du corps.

Voilà en gros, c'est la théorie qui paraît assez logique et plutôt sympa.


Mais alors pourquoi ça me tend ?

J'ai essayé plusieurs types de cures :

- la fameuse artichaut/radis noir : résultat, c'est trop pour moi et en plus mon estomac n'aime vraiment pas le radis noir. J'en sors lessivée et sans grand résultat.


- la monodiète : en vrai, j'ai jamais essayé. L'idée de ne manger qu'un seul aliment (et on ne parle pas d'un plateau de fromage) ça me fait pas rêver du tout.


- le jeûne intermittent : Sur plusieurs jours, ça crée chez moi des crises alimentaires, j'ai trop faim en arrivant au repas ou alors je "surmange" parce que je saute un repas. Bref, c'est plus source de dérèglements pour moi qu'autre chose.


Les autres raisons qui me tendent :

- quand on fait une cure, comment l'allier avec une vie sociale ? C'est compliqué (pour moi) de manger autre chose que mes ami.e.s et le repas ou l'apéro sont des moments de socialisation très fort chez moi.

-Je travaille beaucoup en hiver vue que je travailles dans un lieu touristique en hiver, à l'arrivée du printemps, j'ai généralement envie de prendre du temps pour moi et de me reposer ! Je n'ai pas l'énergie psychologique à une cure.

- Il y a aussi l'injonction saisonnière à faire une cure. Tous les ans, c'est pareil, sur n'importe quel média, on va retrouver des pubs, des explications plus ou moins scientifiques sur comment c'est bien de faire une cure.


Mais alors on fait quoi au final ?

Perso, maintenant, je prépare un peu mon printemps. Je note sur mon agenda mes plannings de boulot et mes moments de repos pour avoir une vision d'ensemble (pour celleux qui ne savent pas, je suis originaire du sud-ouest, je vis entre Lyon et les Hautes-Alpes, ça fait quelques trajets). Une fois ça établit, je peux prévoir plus en détail : à quels moments, je suis plus tranquille, quand je vais pouvoir me reposer. Et ensuite, j'établis un programme personnalisé.

J'essaie de garder mon rythme de sport : marche, course, natation. Quand, comment et où.

Et j'ai compris aussi que je devais profiter de ces moments qu'activité professionnelle moins importante pour profiter des moments de détente : lecture, balade avec des ami.e.s, repas tranquillou, après-midis plaid/tisane/films...

Parfois, selon mon ressenti, je peux prendre une cure de magnésium ou de vitamines pour conserver mon énergie.


En fait, j'essaie de m'écouter et de faire comme je le sens et comme je peux.

Au final, c'est ça le secret de la "cure du printemps".

Si on regarde bien, les fruits et légumes de la période sont plutôt détox (artichauts et asperges par exemple) et comme il fait jour plus longtemps et qu'il fait plus chaud, il est plus facile de sortir promener en fin de journée (sauf si vous travaillez de nuit et/ou que vous avez des longs trajets maison/travail...)


Quand il m'arrive quand même de faire une cure et/ou de conseiller une cure, voilà à quoi je pense :

- La préparation : le rythme de vie du moment (au travail, à la maison) comment sont organisées les journées. Qu'est ce qui est adapté pour ne pas faire un trop gros changement (qui peut être trop fatiguant, que l'on ne suit pas au final) ?

- La mise en place : on regarde tous les aspects de la vie. C'est pas génial de se priver complètement de féculents avec par dessus une cure détox forte ET en plus un programme sport 4 fois par semaine (bonjour les troubles du comportement alimentaire).

Plutôt : quels sont les fruits et légumes du moment qu'on aime ?

Comment on fait pour intégrer un programme d'activité physique adapté (est-ce qu'on peut rentrer du taff à pied ou en vélo ou alors est-ce qu'on doit attendre plutôt le week-end?) ?

Quand est-ce qu'on va mettre des moments de totale détente ? Quitte à enfoncer des portes ouvertes : la détente et le sommeil sont des indispensables du bon fonctionnement de tout !


Quand on fait une balance entre la théorie et la réalité personnelle, la cure peut ne pas être la meilleure solution.

Parfois la meilleure façon de se détoxifier, c'est aussi de se lâcher la grappe et de prendre le temps de faire comme on peut.






Cet article vous a interessé.e, retrouvez moi :


à Vallouise 05 :

env. 10 minutes de l'Argentière-la Bessée

env. 15 minutes de Puy saint Vincent

env. 25 minutes de Briançon et de Serre-Chevalier

env. 30 minutes de Guillestre

env. 40 minutes de Embrun

à Lyon :

à Saint Just dans le 5ème arrondissement


5 vues0 commentaire
bottom of page